Venez découvrir le domaine de La Magnanerie et ses 25 hectares d’oliviers I Formation avril 2019

Eric Martin, La Magnanerie – Orgnac L’Aven, le 26 juillet 2017

Pour sa dixième édition, le guide FLOS OLEI a publié fin septembre 2018 son palmarès, le classement international de la meilleure production d’huile d’olive au monde et cette année une huile française s’est glissée dans ce prestigieux palmarès : La Magnanerie avec sa Cuvée Sauvage (Organic Farming)  dans la catégorie Best Extra Virgin Olive Oil Blended – Light Fruity. Palmarès FLOS OLEI 2018 

Récompense de nombreuses heures de travail sur le terrain et d’attention au moulin,  Eric Martin producteur du La Magnanerie nous ouvre ses portes lors de la troisième journée de formation à l’univers de l’huile d’olive et à la dégustation, qui a lieu les 3/4/5 Avril 2019 à Gordes (Luberon). Formation à l’univers de l’huile d’olive et à la dégustation, les 3/4/5 Avril 2019 à Gordes.

Venez découvrir le magnifique terroir de La Magnanerie et ses 25 hectares d’oliviers cultivés en agriculture biologique. L’occasion de voir le travail minutieux de l’oléiculteur dans chaque étape de l’élaboration d’huiles d’olive vierge extra de grande qualité : sol, taille, plantation, variétés, engrais, élaboration stockage, … En attendant avril et pour préparer la formation nous avons posé trois questions à Eric Martin.  Peux-tu en quelques lignes présenter ton parcours et ton oliveraie ? Pourquoi avoir fait le choix de produire en bio? Que se passe-t-il dans un verger ou dans un moulin au mois d’avril lors de notre venue  ?

Cuvée Sauvage (Organic Farming)  dans la catégorie Best Extra Virgin Olive Oil Blended – Light Fruity

Lire la suite

L’huile d’olive en Nouvelle-Zélande, une production marginale ?

Des moutons à l’ombre des oliviers : c’est ça la Nouvelle-Zélande ! – © In Olio Veritas

Si les premiers oliviers en Nouvelle-Zélande remontent au XIXème siècle, ce n’est qu’à partir des années 1980 que les Néo-Zélandais ont commencé à consommer de l’huile d’olive autrement que comme un médicament digestif acheté en pharmacie. C’est à ce moment que la production locale d’huile d’olive vierge extra a commencé à se développer. Pourtant aujourd’hui elle ne couvre encore que 10% de la consommation néo-zélandaise. Comment expliquer cette inertie ?

Lire la suite

Portrait de Aquiferra – Nouvelle-Zélande

Shona et Bob d’Aquiferra. – © In Olio Veritas

Intrigués par l’intérêt qu’avait manifesté John Dodgson pour la région côtière de Hawke’s Bay et son climat (voir notre article précédent sur Mount Grey Olives), nous nous sommes rendus sur place et avons pris rendez-vous avec Bob Marshall et Shona Thompson, couple de sexagénaires qui exploite une petite oliveraie en bons élèves de l’agriculture conventionnelle. Retrouvez le spécial Nouvelle-Zélande L’huile d’olive en Nouvelle-Zélande, une production marginale ? 

Lire la suite

Portrait de Matiatia grove – Nouvelle-Zélande

Margaret et John Edwards, fondateurs de Matiatia Grove – © In Olio Veritas

Au large d’Auckland, se trouve la magnifique île de Waiheke. Les touristes et aucklandais en villégiature y affluent, mais ses collines et son climat très doux y ont aussi attiré de nombreux viticulteurs. D’autres ont préféré se tourner vers l’olivier, à l’instar de John et Margaret Edwards, dont l’huile d’olive extra-vierge est l’une des plus réputées de Nouvelle-Zélande. Près de 30 ans après la plantation de leur oliveraie, Margaret est aujourd’hui une personnalité reconnue dans l’univers de l’EVOO et la seule citoyenne néo-zélandaise exerçant en tant que juge au sein des grands concours internationaux de dégustation d’huile d’olive. Retrouvez le spécial Nouvelle-Zélande L’huile d’olive en Nouvelle-Zélande, une production marginale ? 

Lire la suite

Portrait de Mount Grey Olives – Nouvelle-Zélande

  • Producteur : John et Jan Dodgson
  • Marque : Mount Grey Olives
  • Année : 2009
  • Lieu : Amberley, North Canterbury, Nouvelle-Zélande
  • Oliveraie : 7 Ha, 2000 arbres
  • Variétés : Leccino, Barnea, Frantoio, J-2, Manzanillo, Verdale
  • Récolte : en juin, mixte : peignes et mécanique
  • Production : 3000 L par an
  • Autres produits : huiles infusées, olives de table, savons et cosmétiques naturels

Le North Canterbury fait partie de ces régions de Nouvelle-Zélande qui ont vu s’implanter, au cours des 20 dernières années, vignobles et oliveraies. Si le sol est très favorable à ces cultures, et notamment à l’olivier, le climat l’est un peu moins, comme la plupart des oléiculteurs ont appris à le découvrir au fil des ans. Rencontre avec l’un d’entre eux, John Dodgson, dans son exploitation artisanale Mount Grey Olives. Retrouvez le spécial Nouvelle-Zélande L’huile d’olive en Nouvelle-Zélande, une production marginale ? 

In Olio Veritas – John, pouvez-vous nous raconter l’histoire de Mount Grey Olive en quelques mots ?

John Dodgson – Ma femme Jan et moi-même sommes Néo-Zélandais, mais avons beaucoup vécu à l’étranger, en Afrique du Sud et en Australie principalement. Au cours des années 2000, suite aux incendies à répétition dans la région de Melbourne où nous vivions, nous avons commencé à préparer notre retour au pays. Jan, qui s’était lancée dans la production de savons naturels à base d’huile d’olive, m’a convaincu qu’il serait formidable de trouver une oliveraie à reprendre en Nouvelle-Zélande pour qu’elle ait sa propre matière première sous la main. Nous avons cherché sans succès dans la région de Hawke’s Bay sur l’île du Nord, avant d’avoir une opportunité dans le North Canterbury et de sauter le pas, en 2009.

John et Jan dans leur oliveraie – © In Olio Veritas

IOV – Vous n’aviez donc pas de compétences ou de formation particulières en oléiculture ?

John – Oui et non. J’ai un PhD en horticulture et j’ai fait l’intégralité de ma carrière dans le domaine agricole, consacrant les dernières années à l’industrie de la pomme. La Nouvelle-Zélande en est l’un des leaders mondiaux ! J’ai d’ailleurs beaucoup voyagé en France pour cela : en Normandie, dans le Cher, l’Allier… Bref, je sais à peu près m’occuper des arbres. Mais il est vrai que l’olivier est très différent, et je me suis donc formé au fur et à mesure pour l’entretien de l’oliveraie, la taille des arbres, la récolte. J’ai une approche assez scientifique : je fais des expérimentations, j’essaie de reproduire ce qui semble fonctionner, et puis il y a une bonne collaboration entre les oléiculteurs de la région.

Les 1000 pieds de lavande de Jan côtoient les oliviers de John – © In Olio Veritas

IOV – Vous dites que vous auriez préféré trouver une oliveraie dans la région de Hawke’s Bay, pourquoi ?

John – Pour le climat, principalement. Ici dans le North Canterbury, nous avons généralement un printemps et un été propices, mais les choses se compliquent souvent à l’automne et l’hiver, ce qui correspond à la période de la récolte des olives comme vous le savez. Outre une forte humidité liée aux pluies fréquentes, nous sommes confrontés à de nombreux épisodes de gel, jusqu’à 12 jours par an avant que les olives ne soient réellement prêtes pour la récolte. Nos oliviers ont en moyenne une tolérance jusqu’à -3°C : en-dessous de cette température nous n’avons guère plus de 24 heures pour récolter, sans quoi l’olive meurt. Un producteur du coin a tenté une année de presser des olives qui avaient gelé : son huile a fini directement à la benne ! Dans la région de Hawke’s Bay, le climat n’est certes pas idéal non plus, mais il est tout de même plus doux.

Inspiré des vignobles, John s’est offert 4 ventilateurs antigel à 20 000 NZ$ chacun, mais doute aujourd’hui de leur efficacité… © In Olio Veritas

IOV – Pourquoi avoir planté des oliveraies ici alors ?

John – Les premiers à s’être installés ici n’avaient peut-être pas creusé suffisamment la question du climat. Puis d’autres les ont suivi. Au total, nous sommes une trentaine d’oléiculteurs dans la région. Tout n’est pas à jeter ici cependant. Le sol par exemple est très favorable : pierreux et drainant, il évacue l’eau rapidement ce qui est très bien pour l’olivier dont les racines n’aiment pas être baignées. Mais je considère tout de même que, pour la culture de l’olivier, la question du climat prévaut sur celle du sol.

Un sol caillouteux et drainant est favorable à la culture des oliviers. © In Olio Veritas (et ne venez pas nous voler cette belle photo !)

IOV – Y’a-t-il une région au climat particulièrement propice à l’olivier en Nouvelle-Zélande ?

John – Le climat néo-zélandais est dans son ensemble assez mal adapté à la culture de l’olivier, en raison de l’humidité ou du gel. Par exception, il y a deux plantations sur la péninsule de Banks, de l’autre côté de Christchurch, qui bénéficient peut-être de la meilleure combinaison sol – climat du pays : un terrain volcanique fertile et drainant, associé à un microclimat qui leur épargne le gel. En dehors de cela, j’ai la triste conviction que la culture de l’olivier en Nouvelle-Zélande restera marginale, en raison de ces facteurs climatiques.

Banks Peninsula et son relief volcanique. – © In Olio Veritas

IOV – Vous avez mentionné l’humidité comme un obstacle. Quel est le problème spécifiquement pour vous ?

John – L’humidité entraîne des maladies et surtout des moisissures, qui nuisent à l’arbre. Les plus fréquentes ici sont celles que vous avez aussi en Europe : l’oeil de paon, un champignon dont les spores sont répandus par la pluie et qui entraîne la chute des feuilles infectées, ainsi que l’anthracnose, un champignon qui affecte lui directement les olives. Nous avons aussi depuis très récemment dans la région la cochenille noire, un parasite qui loge et pond sur les branches et les feuilles. En revanche la Nouvelle-Zélande est pour l’instant à l’abri de la mouche ou xylella.

La cochenille noire de l’olivier est visible sur ce rameau d’olivier. © In Olio Veritas

IOV – Y’a-t-il un moyen de remédier à ces champignons ?

John – Je viens de l’agriculture conventionnelle, j’ai passé beaucoup d’années de ma vie à répandre des produits chimiques. Mais en m’installant ici, je me suis progressivement intéressé aux techniques plus respectueuses de l’environnement et notamment du sol. Si vous avez un sol sain, vous aurez des fruits sains et des animaux sains. Aujourd’hui je conseille de nombreux agriculteurs et horticulteurs de la région qui veulent se convertir au bio, ou tout du moins réduire leur usage de produits chimiques. C’est d’ailleurs ma principale activité professionnelle, l’oliveraie étant avant tout un hobby. Je conseille par exemple depuis 11 ans un agriculteur laitier, qui a réussi à passer au bio. Ses vaches se portent bien mieux qu’auparavant et produisent davantage. C’est même devenu le premier producteur laitier de la région !

Thomas et son pote désherbent les rangs d’oliviers – © In Olio Veritas

IOV – Et concrètement dans l’oliveraie ?

John – Pour lutter contre les moisissures par exemple j’essaie de désherber sous les rangées d’arbres, afin que l’humidité ne s’y accumule pas. On ne peut pas utiliser de moutons car les arbres sont trop jeunes et ils s’attaqueraient à leur écorce, et les deux chevaux que nous avons n’y suffisent pas, alors je tonds moi-même une partie, mais cela prend du temps, et dans certaines zones j’utilise encore un peu de round-up.

IOV – Du round-up ?

John – Oui je considère que c’est efficace et peu nuisible dans les proportions que j’utilise. Beaucoup font tester leur sol pour analyser le degré de contamination, mais les racines vont plus profond que les surfaces prélevées alors moi je fais analyser les feuilles des oliviers et les résultats sont dans la moyenne.

En effet, il ne reste pas un poil d’herbe… © In Olio Veritas

IOV – L’oliveraie est un hobby pour vous, mais qui semble vous prendre beaucoup de temps. Comment vous en sortez-vous ?

John – Difficilement ! L’entretien et la taille des arbres notamment prennent beaucoup de temps. Il y a quelques années j’ai jeté l’éponge dans certaines parcelles avant d’y revenir 2 ou 3 ans plus tard. Les arbres étaient hauts et très touffus, j’ai eu beaucoup de mal à les récupérer. Je reconnais que tout cela est un peu trop grand pour moi.

Et voilà le fruit de tout ce travail : 3000 L d’huile et des olives de table. © In Olio Veritas

 

Note sur les auteurs

In Olio Vertitas : Fascinés par l’Olivier, Mathilde et Matthieu parcourent la planète à la rencontre d’oléiculteurs pour saisir les enjeux de la culture, de la production et de la consommation d’huile d’olive. Retrouvez leurs découvertes et récits sur inolioveritas.org et www.instagram.com/inolioveritas.

Sortie de EVOOLEUM 2019, guide des 100 meilleures huiles d’olive du monde

Le Concours EVOOLEUM

EVOOLEUM awards. C’est tout d’abord un concours international qui prime les qualités sensorielles des huiles d’olive vierge extra du monde entier.
Un groupe d’expert en dégustation est chargé d’évaluer la qualité organoleptique des jus présentés, à partir de laquelle sera publié chaque année le TOP100 des meilleures huile d’olive vierges extra dans le monde, et la meilleure huile dans différentes catégories et zones géographiques. Cliquer sur le palamrès ci-dessous pour voir le palamrès complet.

Le Guide EVOOLEUM 2019

EVOOLEUM guide. La 3ème édition du guide EVOOLEUM présenyte les 100 meilleures huiles d’olive vierge extra 2018, qui ont remporté la meilleure ponctuation sur 100 points lors du concours du même nom.

Les jus qui se sont présentés au concours sont venus d’Espagne, Italie, Portugal, Grèce, France, Croatie, Slovénie, Turquie, Israël, Maroc, Chili, Jordanie, Arabie saoudite, Allemagne, Afrique du Sud, Tunisie et les États-Unis et une multitude de variétés telles que la Picual, la Hojiblanca, la Cornicabra, la Arbequina, la Manzanilla ou la Picuda pour l’Espagne; Leccino, Coratina ou Frantoio variétés italiennes; La cobrançosa, verdeal ou cordovil du Portugal; ou la Picholine marocaine ont participé à cette troisième édition du concours dominée par les EVOO espagnols – plus de 60% des extra vierges qui composent le TOP100 viennent de notre pays-.

Le guide est de bonne qualité avec un design moderne, en deux langues (anglais-espagnol) présente chaque HOVE sous forme de tableau, séquentiellement ordonné selon la note obtenue dans le concours. Chaque huile est accompagnée d’une photographie de la bouteille, une description du domaine, des méthodes de production, de la zone géographique, des notes sensorielles, des accords gourmands, …

Ave le Flos Olei sûrement la deuxième valeur sûre en matière de guide!  Palmarès FLOS OLEI 2018

PRIX: 19,5 €

www.evooleum.com

Les plus de l’édition 2019

  • Les recettes méditerranéennes du chef Quique Dacosta
  • Une sélection des meilleures boutiques d’HOVE dans le monde
  • Une application iOS et Android est maintenant disponible

 

Ce concours et ce guide sont organisés par l’AEMO (Asociación Española de Municipios del Olivo) et Mercacei, magazine spécialisé de l’huile d’olive. Ils sont également les précurseurs de la très qualitative revue Olivatessen.

Retrouvez l’article de la Moltura sur Les guides de l’huile d’olive vierge extra 

Pourquoi payer 10 euros (et plus) pour une bouteille d’huile d’olive ?

Imaginez-vous d’avoir quelque chose qui vaut de l’or à côté de soi et ne pas s’en rendre compte ? Cela se produit dans tous les domaines de la vie, nous pouvons même l’extrapoler au monde de l’huile d’olive vierge extra. Pour cet aliment, un basic du régime méditerranéen, nous ne le prenons pas au sérieux, nous ne l’apprécions pas à sa juste valeur. J’espère qu’en lisant cet article vous changerez d’avis sur l’HOVE (« l’huile d’olive vierge extra »), et qu’ensemble nous lui redonnerons ses lettres de noblesse. Pourquoi payer 10 euros (et plus) pour une bouteille d’huile en vaut la peine? Des saveurs et des arômes inconnus, des bénéfices pour votre santé et pour l’environnement, un coup de pouce économique pour les régions productrices, … Et bien sûr, de prendre part à l’une des cultures les plus anciennes et les plus importantes de notre région méditerranéenne. Tu es prêt?

Pur « hédonisme »

L’hédonisme est défini comme la « théorie qui identifie le bien avec le plaisir, mais surtout avec le plaisir sensoriel et immédiat« . Eh bien, c’est exactement ce qu’une bouteille d’huile d’olive « premium » ou « gourmet » vous apporte. Mise ne bouteille dans un verre opaque, avec son étiquetage clair et précis et son type de variété d’olive. La palette de sensations que vous percevrez lorsque vous sentirez son contenu, puis lorsque vous la goûterez en bouche sera spectaculaire. Rien de semblable à ce que vous obtenez d’u produit standard acheté en grande distribution. Oui, arômes et saveurs: herbe, tomate, artichaut, banane, pomme, amertume, ardence, douceur, etc. Tout ça dans une « simple » bouteille d’huile.

Mais attention, il existe de nombreux types d’huile d’olive et beaucoup de confusion à ce sujet. Nous vous recommandons de lire l’article: Connaissez-vous les différents types d’huile d’olive présents sur le marché?

Pour notre santé

L’huile d’olive vierge extra est considérée comme l’un des piliers du régime méditerranéen de renommée mondiale. Il existe un paradoxe: alors qu’en Europe et aux États-Unis, leur consommation est à la mode, en Espagne, nous nous en éloignons davantage. L’un des moyens de revenir sur le chemin de nos grands-parents consiste à encourager la consommation d’huile d’olive au lieu d’autres matières grasses telles que l’huile de tournesol, de palme ou d’autres semences telles que le maïs. Pour ce faire nous pouvons nous appuyer sur les avantages directs (appuyés par des études scientifiques du prestigieux Olive Wellness Institute) de sa consommation :

  • Descente des niveaux du dit mauvais cholestérol (LDL) grâce à sa teneur élevée en acides gras monoinsaturés (acide oléique acide gras principale de l’HOVE). Seulement avec deux cuillères à soupe par jour!
  • Durcit les os en prévenant l’ostéoporose.
  • Protection cardiovasculaire grâce à sa teneur élevée en antioxydants.
  • Propriétés anticancéreuses, mettant en évidence le cancer du sein.
  • Empêche le vieillissement grâce à sa teneur élevée en composés phénoliques, des antioxydants naturels.
  • Régénère les cellules intestinales.
  • Prévient les infarctus cérébraux en consommant régulièrement de l’huile d’olive.
  • Renforce les cheveux et régénère la peau.

Pour l’économie, : la création d’emplois et le maintien de la vie rurale

Personne ne peut être surpris aujourd’hui quand on dit que l’huile d’olive est un des piliers économiques de l’Espagne (et cela vaut pour les principaux pays producteurs). L’huile d’olive apparaît dans toutes les données d’exportation,  dans le nombre d’emplois directs et indirects qu’il génère, la culture, la trituration, la vente et la distribution sont une source de la richesse.

Consommer cette graisse, vous collaborez à l’économie et à la création d’emplois. Et bien plus encore si vous achetez  des huiles « premium » ou « gourmet », car elles génèrent une plus grande valeur ajoutée. De plus, vous favoriserez le maintien de la vie rurale. De nombreuses populations vivent presque exclusivement de l’olivier et de l’obtention d’huile.

Pour l’écologie et la lutte contre le changement climatique

Un fait: en produisant 1 litre d’huile d’olive vierge / extra vierge, 1,5 kg sont émis. de CO2 dans l’atmosphère. Mais la récolte pour cette quantité d’huile produite peut produire 11,5 kg. de CO2 dans le sol. Conclusion: solde positif de 10 kg. de CO2 fixé par la culture. Un autre allié pour lutter contre le « changement climatique »! La vidéo suivante du « Conseil international de l’huile d’olive », vous le dit clairement.

Par respect pour le travail bien fait et pour soutenir l’effort de qualité des producteurs

Il est très difficile de changer ses habitudes, de laisser derrière soi les façons de faire qui ont été suivies depuis de nombreuses années, d’innover et surtout de prendre des risques. Ses efforts pour arriver à une qualité de produit optimale ont un prix . Cela s’appelle valoriser le travail bien fait. Je félicite tous ceux qui:

  • Ramassent l’olive avec soin (comme s’il s’agissait de pêches). Sans la cueillir du sol, dans certains cas la nuit, pour éviter que le fruit se dégrade quand il fait encore chaud la journée.
  • Doivent attraper 8, 9, 10 kg. d’olives pour obtenir un seul litre d’huile puisque l’olive est encore verte.
  • Transportent les fruits délicatement sans qu’il se détériore et commence à fermenter.
  • Contrôlent la température de brassage, sans dépasser 27ºC.
  • Filtrent le jus d’olive afin qu’il ne reste aucune impureté.
  • S’inquiètent de l’utilisation d’un format opaque, en verre ou en étain, avec un design attrayant et un bon étiquetage.
Notes sur l’auteur :

Enrique écrit pour le blog Dando la vara (c’est une technique utilisée pour récolter les olives en tapant sur les branches avec une gaule( qu’il décrit comme un blog drôle qui veut ouvrir les yeux des consommateurs -et futurs consommateurs-à l’un des meilleurs aliments que nous adonné Dame Nature : l’huile d’olive vierge extra. L’article en espagnol :  Por qué pagar 10 euros por una botella de aceite
Dando la Vara Óleo Proyecto Divertido
dandolavara.com
info@dandolavara.com

Récolte 2018/2019 : Estimations et Analyses d’experts


Au mois d’octobre dernier, le Conseil oléicole International a publié via sa lettre d’information Nº130 du mois de septembre les premières estimations de la récolte d’huile d’olive 2018/2019. La récolte n’étant pas complètement terminée, il faudra attendre la fin de la récolte (février-mars) pour avoir les chiffres plus précis de la campagne 2018/2019. En attendant ces résultats, des experts du secteur ont donné au magazine espagnol Mercacei leurs premières analyses de la récolte en cours pour les principaux pays producteurs du bassin méditerranéen.. Campagne Estimative 2018/19

Lire la suite

4 conseils pour garder une belle peau avec de l’huile d’olive

recette anti-cernes maison huile d'olice citron
Avec autant de produits de beauté sur le marché, vous n’avez que l’embarras du choix pour nettoyer, exfolier et hydrater votre visage. Certains d’entre eux sont cependant beaucoup trop coûteux et contiennent souvent des produits chimiques et des conservateurs nocifs pour notre peau.

Si rester en bonne santé fait partie de vos résolutions pour 2019, n’oubliez pas votre visage. Incluez des méthodes naturelles et réalisables à base d’huile d’olive pour garder une bonne mine toute l’année.

Lire la suite

Best of 2018 en images

J’aime bien au mois de janvier faire ce petit bilan de l’année écoulée, retrouver des photos, penser aux nouvelles rencontres, aux amitiés consolidées, aux nouvelles aventures, que j’ai de la chance de faire ce métier d’oléologue qui me permet de voyager, de rencontrer de nouvelles personnes passionnées par ce qu’elles font, de découvrir de nouveaux jus, de nouvelles variétés, .. de me former encore et toujours pour mieux former à mon tour. Merci à tous pour être de plus en plus nombreux à nous suivre sur www.jusdolive.fr 2019 va être grand c’est sûr les jus goûtés en ce début d’année me le prouve!

Retour sur Les temps forts 2017

Lire la suite

2018, une année d’innovations dans le secteur oléicole

Nous avions au mois de novembre fait un tour des innovations 2018 dans le secteur oléicole; Le magazine référence en Espagne Mercacei a sorti son top 20 d’innovations. 20 innovations c’est un bon cru pour 2018. Quels ont été pour Mercacei les produit ou projets les plus novateurs, originaux, tendances de l’année 2018 du secteur oléicole ? Avons-nous partager les mêmes innovations ? Voici une sélection des 20 initiatives.

Retrouvez Innovations 2018 by @jusdolive
Retrouvez les 20 innovations 2018 2018, un año de innovaciones en el sector sur le site de Mercacei (En espagnol)

 

1. Olive X-Press, un projet en quête de financement participatif -crowfunding- pour avoir un micro-moulin à la maison. Toujours au stade du prototype, la machine Olive X-Press utilise une presse à froid pour convertir trois kilos d’olives en un demi-litre d’huile d’olive extra vierge en environ 45 minutes.

2. Olivacoin, une nouvelle plateforme de vente d’huile d’olive B2B pour les opérateurs du secteur, ce qui permettra une plus grande agilité, rentabilité, liquidité et désintermédiation grâce à l’intégration de sa propre Blockchain. La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle et d’une technologie de l’Internet des objets ( IoT), concrétisée dans un système de traçabilité analytique de l’huile d’olive.

3. Des olives avec radiofréquence pour éviter les vols. AgroSecurity est un dispositif antivol pour les olives basé sur un leurre apparemment identique au fruit, avec un élément d’identification par radiofréquence intégré de sorte que, grâce à un détecteur / lecteur, vous pouvez déterminer leur origine à leur arrivée au moulin.

4. Une nouvelle récolteuse pour améliorer la rentabilité de l’oliveraie traditionnelle. L’Université de Córdoba (UCO) a conçu une récolteuse qui fait tomber, ramasse et laisse dans des sacs les olives, simplifiant ainsi le processus et réduisant les investissements en personnel et en temps. « Innovative circular path harvester for mechanical harvesting of irregular and large-canopy olive trees« .

5. Bouchons intelligents pour avertir de la détérioration de l’HOVE. Encore au stade de R&D. Francisco Alcántara Muñoz a remporté le 10e concours d’idées commerciales de l’Uiniversité de CORDOBA avec son idée de capuchon intelligent capable de détecter si l’huile a perdu de ses caractéristiques qui la distinguent comme extra vierge.

6. Rhodolive : Comment traiter les eaux usées des huileries. Rhodolive est un nouveau projet européen de R & D qui propose une approche innovante pour valoriser les eaux usées générées lors de la production d’huile d’olive.

7. Oliveraie et safran, des alliés pour augmenter la productivité de la terre. L’équipe du projet européen Diverfarming a commencé à semer du safran entre les oliviers. Grâce à la diversification des cultures et aux pratiques de gestion à faibles intrants, cette étude vise à accroître la productivité des terres en augmentant le rendement de leurs sols et en réduisant les coûts.

9. Naissance d’Olivarera, première bière d’orge cultivée dans les oliveraies de Jaén. Heineken Spain a lancé sous la marque Cruzcampo la première et unique bière à base d’orge issue de la culture durable des champs d’oliviers de Jaén, le bock Olivarera.

9. Le projet Innoleaf transformera la feuille d’olivier en un ingrédient novateur pour la nutrition animale, dont l’objectif est l’utilisation intégrale de la feuille d’olivier pour obtenir des produits à haute valeur ajoutée destinés au marché international de la nutrition animale.

Vidéo : Brad fait de l’huile d’olive (En Italie!)

Brad Makes Olive Oil (In Italy!) | It’s Alive | Bon Appétit
Brad Leone, le Test Kitchen Manager du magazine Bon appétit, est de retour pour l’épisode 45 de «It’s’s Alive». Cette fois, il s’est rendu en Toscane, en Italie, pour produire de l’huile d’olive vierge extra avec Lucini Italia. Brad va suivre tout le processus depuis la récolte jusqu’à à la mise en bouteille. C’est drôle et très instructif (en anglais!)

Classement mondial EVOOWR des meilleures huiles d’olive vierge extra 2018

palmarès des meilleures huiles d'olive 2017
Le classement mondial des meilleures huiles d’olive vierge extra 2018 EVOOWR -pour Extra Virgin Olive Oil World Ranking- a été créé pour promouvoir les huiles d’olive vierge extra les plus récompensées dans les concours nationaux et internationaux. La méthode de calcul est de reprendre les résultats des 30 concours qui ont eu lieu en 2018 et d’attribuer selon l’importance du concours un certain nombre de points; L’EVOOWR fait ensuite la somme par huile, entreprise, variété, et par pays.

Pour recevoir la mention « huile d’olive de l’année 2018 » il faut avoir atteint 160 points minimum, cette année le premier sur le podium a 1155,75 points !

Lire la suite

Oliveraie et Biodiversité

Une étude réalisée par l'ONG SEO Bird Life révèle la grande biodiversité présente dans l'oliveraie Andalouse et la découverte d'une nouvelle espèce botanique.

Bien que l'oliveraie ait perdu une grande partie de sa biodiversité au cours des dernières décennies, elle abrite toujours une diversité remarquable de flore et de faune. et peut-être plus important encore, il a un grand potentiel pour le récupérer. Telle est la conclusion à laquelle sont parvenus une équipe de chercheurs de l'Université de Jaén et du Conseil supérieur de la recherche scientifique dans le cadre d'une étude réalisée dans le cadre du projet LIFE Olivares Vivos, coordonné par SEO / BirdLife.

Lire la suite

Calendrier des concours d’huile d’olive 2019

 

À vos agendas, voici la liste des concours oléicoles que l’AFIDOL -l’Association Française Interprofessionnelle de l’olive- a recensé pour l’année 2019 en France et à l’étranger.

CONCOURS NATIONAUX

Concours Général Agricole de Paris – Dimanche 24 Février 2019
Concours National des Huiles et Olives en Appellation d’Origine -Date non connue à ce jour

CONCOURS INTERNATIONAUX

Evooleum, Espagne Pour l’édition du guide 2019 (clôture des inscriptions le 27 Février 2019)
Concours Mario Solinas (Date non connue à ce jour)
Concours International des Huiles du Monde – AVPA – Remise des prix le 25 avril 2019 (clôture des inscriptions 28 Février 2019)
Athena International Olive Oil – 18-20 Mars 2019 (clôture des inscriptions 7 Mars 2019)
Olive d’Or 2018 – pendant le SIAL Canada – 30 Avril au 2 Mai 2019
Les Olivalies  Avril 2019 à Cannes (clôture des inscriptions et Date de publication des résultats non connues à ce jour)
12ème Armonia 2018 – Trophée Alma – Avril 2019 (clôture des des inscriptions le 10 Février 2019 pour l’Hémisphère Nord)
Olive Japan 2017 – 3-5 avril 2019 – (ouverture des inscription décembre 2018)
New York Intertational Olive Oil compétition – 10 mai 2019
Concours prix huile d’olive Japon JOOP – 8- 12 Avril 201 (clôture des inscriptions le 31 mars 2019)
Flos Oléi – Entre Février et Mai 2019
EVO IOOC  Date non connue à ce jour – inscriptions ouvertes
Les  Épicures du Monde de l’épicerie fine – Lundi 24 Juin 2019
Terraolivo, Jerusalem – Date non connue à ce jour

N’hésitez pas à me contacter s’il manque un concours dans cette litse! cecile@jusdolive.fr

 

16ème Remise de Prix du Concours International “Les Huiles du Monde” AVPA – Paris 2018

Athena International Olive Oil

J’ai la chance de faire partie du jury du concours international Athena Olive Oil Competition qui va avoir lieu du 18 au 20 mars 2019 à Nafplio (Grèce). C’est l’occasion de passer quelques jours avec de grands dégustateurs, de goûter de super jus et de visiter Nauplie (en grec moderne Ναύπλιο / Náfplio ) ville portuaire grecque du Péloponnèse.

Les Olio Nuovo Days 2019

Lors des Olio Nuveo Days 2019, les huiles sélectionnées pour le parcours et par les chefs seront également goûtées et évaluées sur des critère tels que la clarté de l’étiquette, le conditionnement, … lors du concours OND 2019 le lundi 14 janvier. Ce concours est présidé par Eric Briffard (Institut Le Cordon Bleu, M.O.F) composé d’un jury de Chefs, acheteurs et journalistes.
Plus d’informations : https://www.olio-nuovo-day.com/agenda/14-janvier-2019/

Source: La compilation des concours nationaux et internationaux vient du Site de l’AFIDOL, Association Française Interprofessionnelle de l’Olive Calendrier des concours oléicoles

Lettres de mon moulin

A San Paolo di Civitate comme partout ailleurs, le moulin antique a laissé sa place à une installation moderne et électrique. Mais l’ambiance n’en reste pas moins authentique et chaleureuse.

Chaque jour à 15 heures, c’est le même cirque : les tracteurs s’extraient des oliveraies et affluent de toutes parts en direction du moulin collectif de San Paolo di Civitate. C’est également là que se retrouvent tous les propriétaires du pays – du moins ceux qui ne possèdent pas leur propre moulin. Ils semblent venir aussi bien pour constater le poids de la récolte du jour que pour le simple plaisir de tailler une bavette devant le bâtiment, un espresso à la main.

Au moulin de San Paolo di Civitate, c’est ambiance gros bras et tracteurs  –  © In Olio Veritas

C’est un repère d’hommes (la région ne compte que deux oléicultrices), d’amis, de cousins parfois, de neveux ou d’oncles. On n’exclut pas qu’il y ait aussi quelques différends entre certains. Bref, c’est une sorte de café du commerce à ciel ouvert. Avec une très forte odeur d’huile d’olive dans l’air.

A l’intérieur, pendant ce temps-là, ça s’active. D’octobre à décembre, le moulin est ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour pouvoir presser les olives dans les heures qui suivent leur récolte. L’ordre de passage au moulin n’est pas laissé au hasard. Pour les plus gros propriétaires qui fabriquent leur propre huile, il est n’est pas question de mélanger ses olives à celles des autres. Les plus petits propriétaires, eux, vendent généralement leur récolte à la coopérative, et elles peuvent donc être mélangées sans problème.

La salle des machines du moulin, ça nettoie, ça broie, ça centrifuge, ça sépare…  –  © In Olio Veritas

Au tour des Cordisco de passer à la presse

L’employé du moulin déverse les 3 tonnes récoltées par les Cordisco dans la journée au creux d’un immense réservoir. 90 minutes et 50 mètres plus tard, il en sortira 600 litres d’huile. Mais avant cela, les olives vont passer une à une les étapes de la presse. Le vent, la rivière et les ânes qui murent la meule pendant des siècles ont aujourd’hui laissé place à la fée électricité, mais tout demeure mécanique : pas de procédés chimiques pour extraire l’huile des olives, ce qui est indispensable pour obtenir le label « vierge extra ».

Les olives frétillent sur le tapis roulant qui les sépare des branches et feuilles  –  © In Olio Veritas

La première étape consiste à retirer les feuilles et les branchages, grâce à un tapis roulant et un tamis spécialement modelés à cet effet. Les olives traversent ensuite une solution aqueuse qui a pour but de les laver, avant qu’elles ne tombent au bout du tapis dans une broyeuse hypnotique. C’est là que sont concassées les olives et leur noyau, allant jusqu’à donner une sorte de pâte qui n’est pas sans rappeler la tapenade. Cette pâte va ensuite être malaxée et broyée pendant trois quarts d’heure dans une grande cuve. Au fur et à mesure de cette mouture, on voit enfin perler les premières gouttes d’huile.

L’huile émerge sur la pâte d’olive malaxée  –  © In Olio Veritas

Il peut être tentant d’augmenter la température de la cuve pour faciliter la sortie de l’huile des cellules végétales, mais au-delà d’un certain stade cela altèrerait les propriétés organoleptiques de l’huile obtenue. La température dans la cuve ne doit absolument pas dépasser 27°C si l’on veut pouvoir revendiquer une huile d’olive extra vierge pressée à froid (NB. extraite à froid dans ce cas).

L’huile d’olive fraîchement extraite se déverse dans le jerrican de 1000 litres  –  © In Olio Veritas

Ensuite ça se décante, mais sans filtre

Ce mélange va ensuite subir deux décantations pour séparer les parties solides (grignon) des parties liquides puis, au sein de ces dernières, l’huile de l’eau. Une première centrifugeuse horizontale puis une seconde verticale qui tournent à plusieurs milliers de tours/minute permettent cette extraction. Finalement, la précieuse huile se déverse dans un jerricane géant d’un mètre cube. On ne peut s’empêcher de saisir un verre pour la goûter, encore tiède.

Antonio nous fait goûter l’huile à peine extraite des olives, encore tiède  –  © In Olio Veritas

L’huile obtenue n’est pas filtrée au moulin. D’ailleurs, de plus en plus de consommateurs préfèrent l’huile non filtrée, dans laquelle demeurent quelques résidus de taille infinitésimale que la centrifugation n’a pas séparés. Ces résidus ne sont absolument pas nuisibles et n’altèrent pas le goût, voire le renforcent. Mais certains préfèrent encore une huile parfaitement pure et transparente, et les Cordisco filtrent donc une partie de leur production dans le laboratoire de leur boutique, où ils procèdent ensuite eux-mêmes à l’embouteillage et l’étiquetage.

Et c’est la mamma, qui met en bouteille le précieux liquide, à la mano  –  © In Olio Veritas

Formation à l’univers de l’huile d’olive et à la dégustation, les 3/4/5 Avril 2019 à Gordes

Apprentissage et perfectionnement à l’univers de l’huile d’olive et de la dégustation dans la ferme oléicole les Callis au milieu des oliviers les 3, 4 et 5 avril 2019.

Initiation. La première journée de stage est centrée sur les fondamentaux : De l’arbre à la bouteille, les mécanismes de la dégustation, comprendre et distinguer les trois fruités majeurs des huiles d’olive vierge et vierge extra.
Perfectionnement. Les deux autres journées sont davantage poussées pour vous perfectionner dans la dégustation, être capable de reconnaître au nez et en bouche des huiles vierge extra, leur fruité, leurs arômes, leur défauts : Savoir juger leur intensité et leurs attributs positifs et négatifs. L’apprentissage porte également sur les aspects réglementation, santé, production, marketing, conduite oléicole, taille des oliviers, les variétés….
Nous organisons tous les jours des dégustations de différents fruités et variétés afin de vous faire progresser dans cet univers; C’est un mix de théorie et de pratique.

Infos pratiques

Intitulé de la formation : Formation à l’univers de l’huile d’olive et à la dégustation
Les 3, 4, 5 avril 2019 (24 heures de formation) à Gordes, Luberon.
De 9h à 17h00

Télécharger le dossier de présentation 

Pour qui ?

Niveau 1 : Initiation : Les fondamentaux (1 jour) Passionnés d’huiles d’olive qui veulent découvrir les bases de la dégustation.
Niveau 2 : Perfectionnement (2 jours) Amateurs confirmés, futurs professionnels ou producteurs du secteur oléicole, des métiers de bouche ou de l’agro-alimentaire, cavistes, commerçants, chefs ou oenologues.
La formation est limitée à 10 personnes.

La Ferme agritouristique oléicole Les Callis
Adresse : Chemin des Fayards, 84220 Gordes
Gare la plus proche : TGV Avignon à 45 mn, aéroport de Marseille à 55 mn

Le prix

Le tarif du module complet (3/4/5 avril 2019) est de 575 ETTC comprenant deux déjeuners de dégustation sur place, préparés par le chef Les Callis avec les légumes du potager. Possibilité de réserver une chambre sur place dans la ferme Les Callis pour un prix négocié « stagiaire » de 150E/jour
(Cf. le programme Télécharger le dossier de présentation )

Les formateurs

Alexandra Roché-Gauquelin, formée en 2013 à la faculté de pharmacie de Montpellier en oléologie, diplômée de taille d’oliviers, productrice dans le Vaucluse. Sélectionneur d’huiles d’olives. www.lescallis.com

Cecile le Galliard , Diplômée en dégustation d’huiles d’olive vierges par l’Université de Jaén (Espagne), Cécile travaille comme consultante, spécialisée dans la sélection d’huiles, la formation et l’analyse sensorielle. Elle anime depuis 5 ans le blog www.jusdolive.fr
Déclaration d’activité de formation DA 76090056309 (Pour les demandes de prise en charge)

Co-fondatrices et Membres de l’HOVE (expertes en huiles d’olive vierge extra) avec Sophie Delpuech.

Le Programme

Nous contacter

cecile@jusdolive.fr
alexandra@lescallis.com

Innovations 2018

Quel a été pour vous le produit le plus novateur, original, tendance de l'année 2018 du secteur oléicole ?
À l’occasion du SIAL 2018, Salon International de l’Agroalimentaire, qui a eu lieu fin octobre à Paris, plus de 1 750 produits ont été présentés au grand prix de l’innovation et cette année trois produits à base d'huile d'olive ont retenu l'attention du jury. Jus d'olive a fait également sa sélection de nouveautés et d'innovations : nouveaux packagings, des nouvelles farines, des nouveaux verres à dégustation à usage unique éco-responsable, du caviar, ... En bref plein de jolies choses pour cette fin d'année!

Lire la suite