Olivares Vivos, une référence pour concilier rentabilité et biodiversité

Le programme LIFE Olivares Vivos, coordonné par SEO/BirdLife, a montré que ce modèle de culture des olives fonctionne. Il génère une reconstitution des espèces et une augmentation très significative de l’abondance de la flore et de la faune en seulement trois ans. De plus, elle est rentable : elle ne réduit pas la productivité, économise les engrais et les produits phytosanitaires et apporte une valeur ajoutée à leurs productions.

Après trois ans de mesures agro-environnementales dans les oliveraies qui, en 2016 ont entamé la conversion à Olivares Vivos, le nombre d’espèces d’oiseaux, de fourmis, d’abeilles et de plantes a augmenté de 7 à 12 %, et leur abondance a augmenté de 40 % par rapport aux oliveraies témoins. À moyen terme, 25 % supplémentaires de la flore et de la faune sauvages pourraient encore être récupérés.

Dans le cadre de la plus grande étude réalisée au niveau mondial sur la biodiversité des oliveraies, des chercheurs de l’université de Jaén et du Conseil national de la recherche espagnol (CSIC), partenaires de ce projet LIFE, ont mesuré la biodiversité dans 40 oliveraies andalouses (20 démonstratives et 20 témoins) de typologie très diverse. Les résultats confirment l’efficacité du modèle Olivares Vivos et confirment l’importance des oliveraies pour la conservation de la biodiversité en Europe.

Une modélisation basée sur l’analyse de tous les résultats en matière de biodiversité recueillis dans le cadre de ce projet LIFE indique que cette récupération, réalisée en seulement trois ans, pourrait atteindre 35 % à moyen terme. Ces chiffres nous donnent une idée de l’impact extraordinaire sur la conservation de la biodiversité qu’auraient l’extension et la popularisation de ce nouveau modèle d’oléiculture.

Les régimes agroenvironnementaux Olivares Vivos

Une fois la biodiversité initiale déterminée, les plans d’action de chaque exploitation ont été mis en œuvre dans chacune des 20 oliveraies de démonstration. Dans ces plans, en accord avec les gestionnaires de chaque oliveraie, ont été planifiées les actions qui composent les programmes agro-environnementaux d’Olivares Vivos : entretien et gestion de la couverture herbacée, restauration des zones improductives de l’oliveraie (ravines, ruisseaux, limites, bords de route, etc.) par la plantation d’espèces autochtones et l’installation d’infrastructures favorisant la nidification et l’abri de la faune (bassins et abreuvoirs, murs, nichoirs et poteaux, nichoirs à insectes, etc.) Ces actions ont été réalisées par les oléiculteurs du projet LIFE, ainsi que par des bénévoles et des équipes professionnelles coordonnées par SEO/BirdLife.

Résultats trois ans après les plans d’action

Les oiseaux ont connu une récupération généralisée dans tous les types d’oliveraies, trouvant une moyenne de 3 espèces de plus (un peu plus de 5% d’augmentation) par oliveraie après les actions, bien que cette récupération des espèces ait été plus importante dans les oliveraies avec la pire situation de départ, où l’augmentation des espèces a dépassé 10%.

Les abeilles sauvages, un groupe d’un intérêt écologique maximal en raison de leur rôle dans la pollinisation des plantes sauvages et des cultures, et qui est confronté à des problèmes de conservation dans le monde entier, ont augmenté en moyenne de 25 espèces dans les oliveraies vivantes. Il s’agit d’une augmentation moyenne de 16 %. Cette fois, l’augmentation a été plus importante dans les oliveraies qui géraient déjà une couverture herbacée (jusqu’à 24,5 %, contre 7,5 % dans celles qui partaient de sols nus), ce qui indique que, outre une gestion correcte de la couverture herbacée, la restauration végétale des zones improductives est essentielle. En tout cas, si cette augmentation de la diversité des pollinisateurs était appréciable, l’augmentation de leur abondance l’était beaucoup plus : une moyenne de 47%, qui atteignait 259% dans les oliveraies qui partaient d’une gestion intensive avec des sols nus.

En ce qui concerne la flore, un total de 58 espèces non répertoriées auparavant ont été détectées après les actions, soit une augmentation moyenne des espèces de plus de 14%, qui a dépassé 30% dans les oliveraies qui partaient d’une situation avec des sols plus détériorés et dans lesquelles, après la conversion à Olivares Vivos, la couverture herbacée a augmenté en termes relatifs jusqu’à 27%. Quant aux plantes ligneuses, leur augmentation a été considérable grâce à une restauration active. Leur nombre a augmenté en moyenne de 21 espèces par oliveraie (augmentation de 154 %, atteignant 259 % dans les oliveraies qui ont commencé avec une faible diversité d’espèces ligneuses).

Enfin, dans le cas des fourmis, bien qu’elles aient augmenté leur abondance de 5% en moyenne, le bilan a été négatif en ce qui concerne le nombre d’espèces, car la réduction de la biodiversité dans les oliveraies qui avaient déjà commencé avec une biodiversité élevée (-17%) n’a pas été compensée par l’augmentation des espèces dans les oliveraies qui avaient commencé avec des niveaux de biodiversité faibles (+3%). Cela peut être dû au fait que les fourmis mettent plus de temps à réagir aux actions menées et à la prédominance d’espèces généralistes adaptées aux perturbations et, par conséquent, capables de réagir à une élimination agressive de la couverture herbacée.

Quelle sera la reprise à moyen et long terme ?

Ce gain de biodiversité ne s’est produit qu’en trois ans, mais on peut s’attendre à ce que les avantages pour la biodiversité de l’évolution de la couverture herbacée, de la croissance des plantes ligneuses plantées (qui n’ont maintenant que trois ou quatre ans) et de l’augmentation du refuge pour la faune augmentent avec le temps. C’est ce que les écologistes appellent la « dette de restauration », c’est-à-dire le temps qu’il faut pour que les actions de restauration produisent tous leurs avantages potentiels pour l’écosystème. S’il faudra attendre de mesurer directement ces effets dans les années à venir, l’analyse de l’ensemble des informations sur la biodiversité a permis de modéliser ce que serait ce gain à moyen et long terme. « La comparaison entre la modélisation réalisée dans les études de la phase pré-opérationnelle, qui reflétait une récupération potentielle de 30 à 35 % des espèces grâce à l’extensification de la gestion agricole et à la diversification du paysage, et les résultats de récupération enregistrés à court terme, nous informe qu’à moyen terme, 25 % supplémentaires de la flore et de la faune sauvages pourraient encore être récupérés », a expliqué Francisco Valera, chef de l’équipe de recherche du CSIC, qui participe également en tant que partenaire à ce projet LIFE.

L’accroissement de la biodiversité est rentable pour l’agriculteur

Le fait que l’oléiculture d’Olivares Vivos récupère la biodiversité est déjà un fait scientifiquement prouvé, mais est-elle rentable ? L’hypothèse de départ était que la récupération de la biodiversité se transforme en rentabilité de trois manières principales : l’économie d’intrants, la rémunération des services environnementaux et la valeur ajoutée de leurs productions.

Les économies d’intrants devraient provenir de l’augmentation des services écosystémiques, c’est-à-dire des services fournis par la biodiversité, par exemple en conservant et en améliorant la fertilité des sols ou en luttant naturellement contre les parasites et les maladies. Le système de certification Olivares Vivos ne limite pas l’utilisation de produits agrochimiques, mais évite les abus et les mauvaises pratiques (notamment parce qu’un tel abus empêcherait l’amélioration de la biodiversité). Cependant, le simple fait d’utiliser ces intrants de manière rationnelle et de vérifier que, dans de nombreux cas, ils ne sont plus nécessaires, a permis de réduire de 22 % en moyenne l’utilisation de produits agrochimiques dans les oliveraies de démonstration au cours du projet LIFE. Si nous ajoutons à cette économie que, après avoir comparé l’évolution de la productivité des oliveraies vivantes avec celle du reste des oliveraies dans leur contexte géographique, il a été démontré qu’elle n’affecte pas la productivité, nous avons confirmé la première voie de rentabilité.

Quant à la rémunération des services environnementaux, la PAC est de plus en plus liée à la compensation économique de ces services et, en ce sens, il est clair que les oliveraies vivantes seront beaucoup mieux placées pour recevoir les aides de la PAC liées à la conditionnalité, aux éco-régimes et aux aides agro-environnementales. Selon Marifé Bruque, oléicultrice participant à ce projet LIFE, « la conversion en oliveraies vivantes ne représente aucune réduction de la productivité de la plantation (dans mon cas, elle a augmenté) et représente une économie de produits agrochimiques. Mais le plus important est le sentiment d’avoir amélioré notre façon de cultiver la terre et la valeur ajoutée de la biodiversité, qui nous permet d’augmenter le prix des olives en augmentant la demande d’EVOO obtenu à partir de nos oliveraies ».

En ce qui concerne la valeur ajoutée, José Eugenio Gutiérrez, délégué de SEO/BirdLife en Andalousie et coordinateur du projet, souligne :  » l’HOVE produit dans ces oliveraies vivantes, outre les bienfaits pour la santé qu’il présente déjà, représente également une contribution certifiée à la conservation de la biodiversité. En d’autres termes, ils sont doublement sains, contribuant à la santé humaine, mais aussi à la santé environnementale, les deux faces d’une même pièce ».

Un label pour être identifié par les consommateurs.

Culture stratégique pour conserver la biodiversité en Europe

Olivares Vivos a été rendu possible grâce au programme LIFE, l’instrument financier de la Commission européenne pour la conservation de la nature, et a servi à démontrer que l’agriculture a beaucoup à dire dans les nouvelles politiques européennes sur la biodiversité. En fait, Olivares Vivos peut être présenté comme une référence pour les politiques et stratégies européennes incluses dans le « Green Deal » ou Pacte vert. C’est un exemple de la manière de « ramener la nature sur les terres agricoles », l’un des principaux objectifs de la stratégie en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030.

Il intègre aussi parfaitement la philosophie de la stratégie « de la ferme à la fourchette » (connecter les producteurs et les consommateurs) et ses résultats répondent aux objectifs de la stratégie d’adaptation au changement climatique (les oliveraies vivantes séquestrent deux fois plus de carbone que celles qui maintiennent des sols nus) ; à ceux de l’initiative européenne en faveur des pollinisateurs ; aux objectifs de réduction des produits agrochimiques… et, sans aucun doute, il a été un excellent terrain d’essai pour inspirer la réalisation des objectifs environnementaux de la nouvelle PAC.

« Ces résultats confirment que l’intégration de la biodiversité dans l’agriculture est un atout qui améliore la rentabilité des agriculteurs grâce à leur esprit d’entreprise et à la recherche de valeur ajoutée, mais aussi une référence pour améliorer la mise en œuvre du volet environnemental des nouvelles politiques agricoles et environnementales. En tant que consommateurs et citoyens, nous devons soutenir les agriculteurs qui s’engagent dans cette voie et exiger de nos politiciens qu’ils favorisent ces nouveaux modèles d’agriculture qui ramènent la nature sur les terres agricoles et contribuent à l’amélioration de la santé environnementale dont nous avons tant besoin », a conclu Asuncion Ruiz, directeur exécutif de SEO / BirdLife.

 

Les résultats du projet postopératoire Life Olivares Vivos ont été présentés mardi 23 mars 2021, après plus de quatre ans de restauration environnementale dans 20 oliveraies andalouses totalisant 3600 hectares et en effectuant le suivi et l’investigation de l’efficacité des mesures dans la flore et la faune sauvages.

Avec la participation d’Asunción Ruiz, directrice exécutive de SEO / BirdLife; José Eugenio Gutiérrez, délégué SEO / BirdLife en Andalousie et coordinateur du projet Life Olivares Vivos; Francisco Valera, chercheur à l’EEZA-CSIC; Pedro Rey, chercheur à l’Université de Jaén; et Marifé Bruque, oléicultrice participante au projet. Présente et dirige l’événement, José María Montero, journaliste environnemental et scientifique.

Dossier: Resultados de recuperación de biodiversidad mediante el modelo de olivicultura Olivares Vivos

[sources : Traduction libre de la lettre d’information de https://seo.org/ SEO/BirdLife reçu les 22 mars 2021. Toutes les photos © 2018 SEO/BirdLife]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.