Le régime méditerranéen : Les dernières études


Le régime méditerranéen est considéré comme l’un des modèles alimentaires les plus sains pour prévenir les maladies, en particulier pour la réduction des facteurs de risque cardiovasculaire. Il a de nouveau été élu meilleur régime parmi les 40 régimes examinés lors du classement annoncé par U.S. News & World Report. Il ne s’agit pas de sa première consécration, car il a déjà remporté ce titre plusieurs fois grâce à la variété des aliments qui le composent, son efficacité pour la prévention des maladies cardiovasculaires
Les maladies chroniques non transmissibles restent la principale cause de morbidité et de mortalité dans le monde et la majorité d’entre elles peuvent être évitées grâce à une alimentation et un mode de vie sains. Une plus grande adhésion à un régime méditerranéen traditionnel a été systématiquement associée à une morbidité et une mortalité moindres face aux maladies cardiovasculaires, au diabète et à de nombreux cancers.


MALADIES CARDIOVASCULAIRES

Plus la consommation d’huile d’olive est élevée, plus le risque de maladies est faible. Cette étude représente la plus grande évaluation à ce jour des effets de la consommation d’huile d’olive extra vierge sur la santé
Une consommation plus importante d’huile d’olive entraîne un risque plus faible de maladies cardiovasculaires, de diabète et de mortalité prématurée. Telle est la conclusion de la plus grande étude systématique des preuves épidémiologiques à ce jour, publiée dans la https://jusdolive.fr/ma-femme-a-flirter/, qui a été réalisée par une équipe du CIBEROBN, du CIBERESP, de l’Université de Navarre, de l’Institut de santé publique de Navarre, de l’Université autonome de Madrid et de l’Agence espagnole de sécurité alimentaire.
Pour ce faire, ils ont analysé un ensemble d’études épidémiologiques prospectives incluant, au total, 806 203 participants chez qui 49 223 cas de maladies cardiovasculaires se sont développés pendant le suivi, 680 239 participants chez qui 13 389 nouveaux cas de diabète de type 2 se sont développés pendant leur observation et 733 420 participants chez qui 174 081 sont décédés.
[bold]Une réduction du risque relatif de 16 % des maladies cardiovasculaires, de 22 % du risque de diabète et de 11 % du risque de mortalité a été constatée pour chaque tranche supplémentaire de 25 grammes d’huile d’olive par jour.
Cette étude systématique confirme les importantes conclusions de l’essai espagnol PREDIMED (Prevention with Mediterranean Diet), qui compte plus de 7000 participants et un suivi de cinq ans.

DÉCLIN COGNITIF

Plus récemment, son potentiel de prévention du déclin cognitif et de la neurodégénérescence a fait l’objet d’une attention particulière, notamment après la découverte des mécanismes moléculaires par lesquels les composés phénoliques, abondants dans un régime méditerranéen riche en fruits et légumes, modifient les structures cérébrales. Dans leur étude, rencontre celibataire 81 ont confirmé l’impact du régime méditerranéen MedDiet sur la santé neuronale, visible dans la réduction de l’atrophie cérébrale au cours du vieillissement et la protection contre les aberrations métaboliques. Le métabolisme du glucose dans le cerveau est plus élevé chez les personnes ayant une forte adhésion au MedDiet, ce qui assure un apport énergétique suffisant aux neurones et prévient l’apparition de la neurodégénérescence. En outre, le dépôt cérébral de la protéine Aβ, un biomarqueur lié à la maladie d’Alzheimer, a été réduit. Nombre de ces actions bénéfiques sont liées à l’amélioration du fonctionnement de la vascularisation, ce qui implique un flux sanguin cérébral sain, une réduction de l’inflammation et du stress oxydatif. Les auteurs soulignent le lien entre les maladies cardiovasculaires et la neurodégénérescence, car les deux ont en commun des modifications pathologiques des vaisseaux sanguins comme facteur majeur de la pathogenèse.

EFFETS ANTI-INFLAMMATOIRES

Le régime méditerranéen présente un faible indice d’inflammation alimentaire, ce qui illustre son potentiel anti-inflammatoire. Ce modèle alimentaire module de manière bénéfique le microbiote intestinal et le système immunitaire, y compris les preuves émergentes de son efficacité contre le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (coronavirus 2019). Des preuves émergentes montrent que les cliniciens ne recommandent pas systématiquement le régime méditerranéen malgré les preuves bien connues, en raison d’obstacles tels que le manque de formation, de matériel pour les patients et les préoccupations concernant l’adhésion potentielle des patients.

RÉGIME MÉDITERRANÉEN + SPORT

D’autres preuves d’un effet neurobénéfique ont été apportées par un échantillon cas-témoins imbriqué dans l’rencontre femme tlemcen-algerie comparant des femmes âgées de 80 à 87 ans ayant une mémoire épisodique exceptionnellement bonne à des participantes présentant une fonction de mémoire épisodique moyenne. Il est intéressant de constater que l’adhésion au MedDiet et l’activité physique à l’âge moyen (52-62 ans) sont des facteurs prédictifs particulièrement importants pour la fonction de mémoire ultérieure. Ces résultats soulignent d’abord l’importance de revigorer un mode de vie sain comprenant à la fois du sport et une alimentation de haute qualité et ensuite que la prévention commence bien plus tôt que l’apparition de la maladie. L’association de Meddiet avec les fonctions de la mémoire confère de la crédibilité à l’idée que les mécanismes de neuroprotection liés à Meddiet mentionnés ci-dessus influencent les résultats cliniques à long terme et parfois avec un certain décalage, car la progression de la maladie prend du temps.
La combinaison de l’activité physique et d’un régime alimentaire sain pour prévenir le déclin de la cognition a été confirmée par une nouvelle analyse transversale dans le cadre de l‘étude Health and Retirement Study. L’ajout du régime MIND, qui est un modèle alimentaire proche du MedDiet mettant particulièrement l’accent sur la consommation de légumes verts à feuilles et de baies, à une activité physique de haute intensité a été associé à une meilleure cognition globale par rapport à une activité physique de haute intensité seule. Contrairement aux résultats de l’ENM décrits ci-dessus, ces analyses impliquent une pertinence des deux facteurs de style de vie pour la prévention de la neurodégénération à un âge avancé également.

En résumé, le MedDiet mérite d’être davantage promu car il peut ralentir le déclin cognitif et l’apparition de maladies neurodégénératives. Il semble que les MCV et les maladies neurologiques partagent des voies communes, dont certaines sont liées aux pathologies vasculaires. Par conséquent, le MedDiet, idéalement combiné à l’activité physique, offre une mesure préventive puissante pour répondre à ces deux défis de santé publique.

QUANTITÉ

La Food and Drug Administration a approuvé une demande d’allégation de santé qui confirme la relation entre la consommation d’huile d’olive et la réduction du risque de maladie coronarienne.
Pour profiter des bienfaits de l’huile d’olive sur le cœur, la FDA suggère de manger environ 2 cuillères à soupe (23 grammes) d’huile d’olive par jour; cette quantité absorbée peut réduire le risque de maladie coronarienne en raison des graisses monoinsaturées contenues dans l’huile d’olive.
La FDA recommande que ces deux cuillères à soupe d’huile d’olive remplacent d’autres graisses dans notre alimentation, comme le beurre ou d’autres graisses saturées.

Il convient de noter que pour les recommandations de la FDVA concernent tous les types d’huile d’olive, l’huile d’olive vierge, les mélanges d’huile d’olive vierge et l’huile d’olive raffinée, l’huile d’olive vierge extra, mettant l’accent sur le profil lipidique de l’huile d’olive. La FDVA ne prend pas en compte les puissants antioxydants (composés phénoliques, pigments, tocophérols, etc.) dans ses recommandations alors que seuls les huiles d’olive vierges en ont; de nombreuse études sont publiées très régulièrement sur les effets bénéfiques de ces composés mineurs sur notre santé. Et ce serait même l’action des acides gras monoinsaturés associée à l’action des composés mineurs qui seraient à promouvoir. Quelques article sur le sujet :

Only virgin type of olive oil consumption reduces the risk of mortality. Results from a Mediterranean population-based cohort
La consommation quotidienne modérée d’huile d’olive vierge (1 cuillère à soupe et 1/2) a été associée à une réduction d’un tiers du risque de mortalité toutes causes confondues et de moitié du risque de mortalité cardiovasculaire. Ces effets n’ont pas été observés pour l’huile d’olive raffinée. Ces résultats peuvent être utiles pour réévaluer les directives diététiques.

[Santé ] Mécanismes potentiels de la consommation d’huile d’olive
La consommation d’une demi cuillère à soupe d’huile d’olive par jour est associée à un risque plus faible de mortalité totale et spécifique à une cause : par maladie cardiovasculaire, par cancer, par maladie neurodégénérative ou respiratoire, selon une méga étude de 28 ans sur 90.000 personnes publiée dans le Journal of the American College of Cardiology.
La consommation de 10 grammes par jour est liée à une réduction de 19% du risque de mortalité par maladie cardiovasculaire, de 17% pour la mortalité par cancer, de 29% pour la mortalité par maladie neurodégénérative et de 18% pour la mortalité par maladie respiratoire.

Le remplacement de 10 grammes de graisses saturées par de l’huile d’olive (ou d’autres huiles végétales insaturées) est associée à une réduction de 8 à 34% du risque de mortalité totale et spécifique.

La EFSA reconnaît l’importance des composés phénoliques pour la santé

 

TOUTES LES SOURCES

Newsletter 2022 May 27 th https://meddietolivehealth.com/
A más ingesta de aceite de oliva, menor riesgo de enfermedades 07/11/2022
Los beneficios del aceite de oliva, respaldados por la mejor evidencia científica 04/11/2022
https://www.aboutoliveoil.org/how-much-olive-oil-should-you-eat-for-heart-heath
The anti-inflammatory effects of a Mediterranean diet: a review

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.