Chap1: US et le projet d’épicerie itinérante

Au début, il y a un voyage en sac à dos en Amérique du Nord entre mars et septembre 2011. Le dernier mois sur la côte Est des States, je commence à penser à mon retour en France et les questions me viennent en vrac: chercher un emploi, mais lequel? Dans quelle région poser ses valises? Privilégier la zone géographique ou le travail? Est-ce une opportunité d’avoir travaillé 6 ans en Espagne? ect. Une question en amène une autre et une autre et…on se dit qu’il ne reste qu’un mois et qu’il faut en profiter.

Sur la côté Est des Etats-Unis nous logeons chez un jeune entrepreneur rencontré quelques mois auparavant dans un bus au Belize.

-“Je m’appelle Kip, je vis à Richmond (Virginia), venez donc passer quelques jours chez moi”! Les américains que nous avons rencontré ont tous fait preuve d’une très grande amabilité mais je crois que dans son cas, il était persuadé que nous ne viendrions pas. Seulement, nous étions deux backpackers avec beaucoup de temps, sans parcours établi et un peu fatigué par les kilomètres parcourrus; Son invitation et son canapé sont tombés à pic!

Kip vient de se lancer dans l’entreprenariat; Avec deux anciens collègues, ils viennent de monter “Ecosystem Services, LLC”, spécialistes en engineering & environmental consulting. Pendant son temps libre, il bèche des tomates avec 10 autres personnes. Une sorte de potager communautaire où les bénèf des sauces tomate vendues (avant ils faut bien entendu les ramasser, les cuisiner, les vendre, les livrer ouf!) sont reversées à des asso charitatives. Une grande leçon de vie! J’en ressors un peu troublée. Entreprenariat, vie collective, partage viennent renchérir les questions que je me pose.

Mais pas le temps de réfléchir, nous revoilà sur les routes. Nous atterissons dans une famille hippie au milieu de la forêt de Woodstock. Le père Bill est charpentier et travaille depuis sa grange. Comment ai-je survécu à 6 ans de chaos madrilène? Dans le train qui nous amène à New York, dernière étape du voyage, mon esprit divague: campagne française, personnes isolées, service à la personne, no stress, … Il faudra arpenter les rue interminables de Manhattan pour voir à tous les coins de rue, des camions arborant de nouveaux slogans et du vert dans les tupper: LESS DRIVE, BETTER FOOD, FastGood, … Au milieu des hot-dogs et des donuts, une nouvelle tendance, celle de manger mieux et surtout manger local.

C’est décider à mon retour en France je monte un système d’épicerie itinérante qui livrera aux villes le produit des campagnes et amenera aux villages les produits de la vie courante. On couvrira le problème d’isolement des personnes âgées en campagne, on favorisera la consommation de produits locaux, moins d’intermédiaires, moins de carburant, moins de produits chimiques dans l’assiette, … Je ne pense plus qu’à ça. Je vais créer ma boîte.

Fast Good à New-York (août.2011)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *