La Ferme des Callis, petit paradis des huiles d’olive

Tombée dans l’huile d’olive par accident ou presque, Alexandra Gauquelin-Roche s’est patiemment construit une nouvelle vie autour de l’or vert. Référencement et vente en ligne des meilleurs crus, formation en dégustation, agritourisme… pour elle, tout tourne désormais autour de cette passion tardive mais dévorante.

Bienvenue à la ferme les Callis ! – © In Olio Veritas

Alexandra Gauquelin-Roche avait une vie déjà bien remplie lorsque l’huile d’olive et son univers onirique se révélèrent à elle en 2011, à l’occasion d’un séjour dans les Pouilles (Italie). Elle garde encore un souvenir précis et ému de l’électrochoc ressenti ce jour-là, et de cette exceptionnelle huile d’olive du cru qui lui donna envie d’en découvrir plus sur ce produit mal connu par elle jusqu’alors.

Fondatrice et dirigeante d’une agence de relations presse à Paris, avec plus de 25 salariés à bord, Alexandra est débordée par le travail mais, dès son retour des Pouilles, se renseigne et se documente sur l’huile d’olive. Au bout d’un an, elle saute le pas et s’inscrit à la formation en oléologie dispensée par l’Université de Montpellier, qui requière sa présence sur place 2 jours par semaine pendant près d’un an.

Le Diplôme Universitaire en Oléologie de l’Université de Montpellier est unique en France.

Elle ne manquera aucun cours, enchainant les aller-retours dans la cité héraultaise et cumulant cet apprentissage avec son job de chef d’entreprise à Paris. « C’était passionnant mais pas facile tous les jours de s’arracher à sa famille et son entreprise, se souvient-elle aujourd’hui, de se retrouver seule dans une chambre d’hôtel à l’autre bout du pays, surtout quand les cours de la semaine sont consacrés à la réglementation européenne sur les étiquettes des bouteilles…« .

De l’agence de presse au site e-commerce

A l’issue de sa formation, Alexandra réintègre pleinement son agence de communication, même si elle garde en partie la tête dans les olives. Elle embauche alors un stagiaire qui va l’aider à référencer les meilleures huiles d’olive européennes pour les commercialiser en ligne. En parallèle, elle continue à pratiquer la dégustation pour s’exercer et va même jusqu’à faire planter 200 oliviers âgés de 10 ans sur la parcelle attenante à une ferme en ruine dont son mari et elle avaient fait l’acquisition en 2009, près de Gordes, en espérant pouvoir la retaper un jour.

Les jeunes oliviers donnent déjà de beaux fruits ! – © In Olio Veritas

Bref sa nouvelle passion la dévore et pour pouvoir s’y consacrer entièrement, elle se décide à vendre son agence. Après avoir organisé pendant un an la transition avec ses principaux cadres dirigeants, elle leur cède ses parts et quitte Paris en 2015 avec sa famille pour s’installer définitivement dans le Luberon. Les bénéfices de la vente lui permettent de restaurer enfin la ferme des Callis, qui se transforme alors en un gîte d’exception, avec son oliveraie et son potager d’un hectare chacun.

Le facteur temps

Désormais libre de son temps, Alexandra va développer de nombreux projets autour de sa passion pour l’or vert. Après avoir étoffé et modernisé son site e-commerce, elle ouvre un point de vente physique à l’Isle-sur-la-Sorgue, qu’elle fermera néanmoins assez rapidement en raison de l’activité touristique trop saisonnière de cette (charmante) bourgade. Peu importe, elle enchaine et développe avec Cécile le Galliard une série de formations à la dégustation d’huile d’olive qui ont lieu à la ferme des Callis et rencontrent un franc succès.

La belle oliveraie de la ferme Les Callis – © In Olio Veritas

Puis ses oliviers plantés en 2014 donnent deux ans plus tard leurs premiers fruits et Alexandra peut ainsi se lancer dans la commercialisation de sa propre huile d’olive. Mieux, avec les oliviers qu’elle a également acquis à la Magnanerie en Ardèche, et le jus d’autres variétés qu’elle choisit précautionneusement, elle se découvre une passion particulière pour l’assemblage d’huiles d’olive : un peu de Grossane, un soupçon de Salonenque, une goutte d’Aglandau pour l’ardence… Chaque année après la récolte, Alexandra l’oliveronne multiplie ainsi les essais en laboratoire jusqu’à constituer le mélange parfait à ses yeux (ou plutôt à son nez et son palais).

Aujourd’hui, elle développe un nouveau concept en faisant parrainer ses oliviers par des particuliers, une sorte de financement participatif qui lui permet d’assurer la trésorerie tout au long de l’année et de pouvoir investir ainsi dans les différents produits d’entretien entièrement biologiques pour sa parcelle et ses arbres. En contrepartie, les parrains (ou « co-producteurs ») peuvent venir chaque année tailler ou récolter eux-mêmes l’arbre auquel ils sont affiliés.

Oh les belles olives des Callis ! – © In Olio Veritas

Et demain… Alexandra pense déjà au prochain projet et rêve de développer une activité d’oléo-tourisme dans les plus belles propriétés oléicoles du bassin méditerranéen. Un nouveau projet pour In Olio Veritas également ?


La Ferme Les Callis en bref

  • Producteur : Alexandra Gauquelin-Roche
  • Marque : Les Callis
  • Depuis : 2016
  • Lieu : Gordes, Vaucluse, France
  • Oliveraie : 1 hectare à Gordes + 1 hectare en Ardèche
  • Variétés : Aglandau et Rougette de l’Ardèche
  • Récolte : début novembre
  • Moulin : Moulin bio dans les Baux de Provence
  • Production : 500 à 1000 L d’huile par an
  • Autres produits : site e-commerce d’huiles d’olive
  • Spécificités : propose des formations de dégustation dans son gîte des Callis

Pour en savoir plus sur les Callis, visitez le site internet, la page Facebook ou le compte Instagram.

Retrouvez tous nos articles sur l’oléiculture en France ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *